Les mesures de suivi environnemental

La protection, le suivi et le contrôle d’éventuels impacts font partie intégrante du projet. Voici les mesures qui seront mises en œuvre sur l’Ecopôle pour assurer la quiétude des riverains, tout en respectant l’environnement :

 

 

Evaluation sur l’eau

PIEZOMETRE

PIEZOMETRE

Le réseau d’eau potable ne sera utilisé que pour les besoins du personnel (eau de boisson, sanitaires, vaisselles, etc.) et pour le nettoyage de la station de traitement des lixiviats. Les autres besoins en eau seront assurés par la récupération et réutilisation des eaux pluviales.

 

Les eaux pluviales seront gérées de façon à limiter tout contact avec les déchets. Un processus de drainage/collecte/décantation des eaux de ruissellement internes et des eaux de la carrière sera assuré, les alvéoles qui accueillent les déchets seront sécurisées à l’aide de multiples couvertures assurant l’imperméabilité. Enfin, les eaux seront collectées et gérées systématiquement de manière séparée pour protéger l’environnement.

 

Les lixiviats sont le résultat du cheminement de l’eau de pluie qui s’infiltre à travers les déchets en cours d’exploitation. Leur collecte en fond d’alvéole sera assurée par pompage. Les lixiviats seront envoyés vers des bassins de stockage dimensionnés spécifiquement pour leur traitement.

 

Les eaux usées du site provenant des locaux des collaborateurs seront traitées par un système d’assainissement autonome à l’aide d’un filtre naturel planté de roseaux.

 

Les eaux souterraines seront surveillées à l’aide d’un contrôle qualité deux fois par an.

Evaluation sur l’air

Mesure poussière

Mesure poussière

Le site ne sera pas autorisé à accueillir des ordures ménagères, ce qui limitera considérablement les émissions d’odeurs.

 

Les déchets seront compactés lors du remplissage des alvéoles. Ces dernières seront de taille réduite et réaménagées immédiatement après remplissage.

 

Pour minimiser les envols de poussière, le site de l’Ecopôle sera arrosé et balayé régulièrement, les aires de déchargement seront nettoyées fréquemment. Si nécessaire, un système d’arrosage sera aménagé au niveau des installations de la carrière, de la plateforme de traitement des terres, des pistes de circulation et de la plateforme de concassage pour réduire les poussières dans l’air. Un filet sera également installé pour retenir les éventuels envols.

 

Conformément à la réglementation, le biogaz sera valorisé thermiquement pour produire de l’énergie. Il sera analysé tout au long de son processus de traitement et de valorisation.

 

Les conditions météorologiques (vent par exemple) seront également prises en compte dans le suivi de l’exploitation et un réseau de « nez », constitué de personnes sélectionnées parmi des volontaires dans le voisinage, pourra noter les éventuelles perceptions d’odeurs.

Evaluation sonore des activités

Sonomètre

Sonomètre

Une évaluation sonore a été réalisée sur différents lieux du massif forestier. Les résultats des mesures prévisionnelles des activités de l’Ecopôle ont été comparés avec l’état initial du site en 2010. Les niveaux de bruits seront conformes aux arrêtés ministériels en vigueur.

 

La distance et le boisement dense séparant les villages environnants expliquent l’absence d’impact sonore. Afin de garantir la tranquillité des riverains, des campagnes de mesures seront programmées dans les 6 mois suivant l’ouverture puis, tous les 3 ans.

Evaluation paysagère

L’exploitation sera entourée d’un merlon végétalisé. Sa localisation au sein d’un boisement dense, la rendra invisible et limitera l’impact sonore pour les riverains et promeneurs. La couleur des équipements du site sera choisie en conséquence afin de s’harmoniser avec l’environnement.

 

Pendant et après l’exploitation, les zones déboisées seront progressivement reboisées. A terme, 35,03 hectares de boisements de qualité (chêne sessile) seront plantés sur l’emprise du site. Des aménagements paysagers, recréation des chemins forestiers et mise en place d’un poteau forestier au lieu-dit de l’ancien carrefour Bourbon, seront également réalisés.

 

Une fois la démolition des installations effectuée, la dalle de la plateforme de tri sera aménagée comme plateforme de stockage pour les grumes et le bassin d’infiltration du site sera conservé pour créer une zone humide.

Evaluation sur la faune et la flore

Une partie de la forêt du Bois du Roi est classée en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF) et NATURA 2000. La présence d’habitats naturels comme les landes et les pelouses sur sable, de peuplements d’oiseaux comme l’Engoulevent d’Europe, le Pic Mar et le Pic Noir justifient ces classements. Aujourd’hui, cette biodiversité est fortement menacée. En l’espace de 65 ans, la forêt du Bois du Roi a perdu 85% de sa richesse.  Une remise en état, adaptée et durable, est réalisable avec le projet d’Ecopôle. Plusieurs chantiers écologiques ont été menés afin de garantir son enrichissement environnemental :

  • Restauration et reconnexion des landes favorables à des espèces emblématiques comme l’Engoulevent d’Europe (oiseau) et l’Ephippigère des Vignes (sauterelle);
  • Création d’îlots pour préserver les arbres anciens et encourager l’accueil du Pic Noir et du Pic Mar, espèces qui s’épanouissent au milieu des arbres vieillissants ;
  • Réhabilitation des pelouses sur sable favorisant tout le cortège d’espèces associé à ce milieu (Sceau de Salomon Odorant, Ibéride Amer, Mibore Naine et Lézard des Murailles…). La Véronique en Epi, menacée d’extinction à l’échelle régionale, est passée de quelques pieds à plus de 250 000 en l’espace d’une année. Désormais, le Bois du Roi est la plus grande station picarde de Véronique en Epi.

 

Des analyses ont validé l’approche environnementale de l’Ecopôle. L’exploitation ne portera pas préjudice à cette nouvelle biodiversité ainsi qu’aux populations d’oiseaux résidant dans le massif forestier. A la fin de l’exploitation, plus de 200 hectares auront été enrichis durablement soit 5 fois la surface du projet industriel.

Evaluation sur le trafic

Le futur site de l’Ecopôle est desservi par un réseau routier constitué principalement de la route  nationale RN 2 et de la  route départementale RD 136.

 

Afin de limiter l’impact du trafic des poids lourds, des projets d’aménagement d’accès de type « tourne à gauche » sur la RD 136 et des signalisations pédagogiques pour inciter les conducteurs à une conduite apaisée sont en cours de concertation avec les élus locaux.

 

35% du trafic devrait se réaliser en double-fret. Les camions amenant les déchets sur site pourront repartir chargés de matériaux valorisés ou de sablons destinés à la vente. L’utilisation de l’ancienne voie ferroviaire Ormoy-Villers/Mareuil-sur-Ourcq pourra permettre de limiter le flux de circulation sur les routes départementales. 

Evaluation sanitaire

Conformément à la réglementation, une évaluation des risques sanitaires a été réalisée dans le cadre de l’étude d’impacts.

 

Une simulation de l’Ecopôle, fonctionnant en régime normal, montre que les éventuelles expositions aux produits utilisés seront très inférieures aux limites définies par la réglementation. 

 

Le risque d’incendie de l’Ecopôle sera anticipé avec la création d’un merlon et d’un fossé périphériques à l’installation. Une piste de circulation permettra également d’aménager une zone de non propagation du feu d’au moins 8 mètres.

 

Les éventuelles fumées d’incendie ont été modélisées. Ces dernières ne présenteront pas de danger car leur toxicité sera inférieure au seuil défini par L’Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (INERIS) et par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

 

Des moyens de prévention seront mis en place sur l’Ecopôle dans les domaines suivants :

  • prévention des incendies (interdiction de fumer, précaution en cas de travaux par points chauds, etc.)
  • prévention de la foudre (respect des prescriptions de l’Analyse du Risque Foudre réalisée sur le site)
  • prévention des accidents (sécurité routière, plan de circulation, vitesse de circulation limitée, etc.)
  • prévention des risques liés aux machines et équipements (maintenance, présence de détecteurs)
  • prévention de la malveillance (clôture, portail, etc.)

 

L’exploitant formera le personnel aux réflexes de premiers secours et mettra à disposition des collaborateurs des extincteurs, des stocks de sable et des réserves d’eaux d’extinction suffisamment dimensionnées.

Bois du Roi